samedi 12 octobre 2013

Lili bouquine : Genesis Alpha de Rune Michaels


Titre en VO : Genesis Alpha
Editeurs : Milan - Macadam
Site de l’auteur :
http://www.runemichaels.com/
Ma note : 7/10
Quatrième de couverture :
Peut-on être génétiquement programmé à devenir un meurtrier ? Josh est un « bébé-médicament », un enfant conçu par ses parents dans le but de sauver son frère, Max, atteint d’un cancer. Sans Max, Josh n’existerait pas. Sans Josh, Max n’existerait plus. Alors, lorsque Max est arrêté pour le meurtre d’une jeune fille, Josh se demande si lui aussi a le crime inscrit dans les gènes.

MON AVIS SUR LE LIVRE

Genesis Alpha a été pour moi une agréable surprise ! Je m’y suis plongée au départ sans attentes particulières et suis ressortie de ma lecture complètement bluffée ! C’est un roman plein de psychologie où un jeune garçon est victime des choix de ses proches et qui se voit confronté à la dureté de la vie. C’est un roman très fluide, qui se lit presque d’une seule traite !

On suit Josh, un jeune garçon de treize ans dont la vie est bouleversée par l’arrestation de son frère ainé : Max, de qui il est extrêmement proche. La relation des deux frères est au cœur de ce roman. Josh ayant été un « bébé médicament », soit un enfant sélectionné parmi un lot de cellules œufs pour sa complémentarité génétique avec Max qui souffrait d’un cancer, est extrêmement lié à son ainé. Sans Josh, Max n’aurait pas survécu à sa maladie, puisque les cellules de son cordon ombilical ont permis de leur guérir. Sans Max, Josh n’aurait jamais vu le jour. Ils sont complémentaires, ils sont inséparables, ils sont même plus que cela. L’intrigue de ce roman nous en dévoilera davantage à ce sujet.

Rune Michaels, avec Genesis Alpha met les pieds dans le plat. Elle n’hésite pas à aborder des sujets tabous, comme le recours aux bébés médicaments, la place social des enfants à l’école, le regard des autres, le poids des rumeurs. L’auteure met en place des situations graves – il est tout de même question d’un meurtre – mais elles sont applicables a des cas de figure plus banals. Chaque enfant aura déjà été confronté au jugement hâtif de ses copains, ou à une situation qu’il ne métrise pas. Chaque enfant s’est déjà senti dépassé par les évènements, ou s’est posé des questions existentiels.

Josh, après la mise en garde à vu de son frère, est contraint de remettre en cause un bon nombre de choses dans sa vie. Il revoit notamment l’opinion qu’il avait de son frère, il se demande sans cesse s’il le connaît réellement. Josh qui pensait tout savoir par cœur de son ainé est soudainement emprunt au doute. Il ne sait plus où placer la vérité, ni sur quelle base il doit se poser. C’est comme si le sol s’effondrait sous ses pieds, et si ses parents son présent pour lui, on ressent la solitude intérieure du jeune homme.

L’esprit de Josh bouillonne d’interrogations, et le roman en devient d’ailleurs presque métaphysique. On explore la question de l’existence, de l’origine du mal. Le mal est-il ancré dans les gènes ou se développe-t-il d’une autre manière. D’où vient exactement le mal et à partir de quel moment, de quel événement bascule-t-on dans une engeance maléfique ? Le roman est ponctué de ce type de réflexions, il tourne autour des tourments psychologiques du protagoniste et, de ce fait, nous émeut beaucoup.

L’écriture est très fluide, et les chapitres défilent assez facilement. C’est un livre qu’on lit très facilement et duquel on ne peut lâcher les yeux. Je lui reproche toutefois une fin trop ouverte qui ne sonne pas véritablement comme un point final et qui ne donne aucune solution quand à la situation du garçon.

Un roman que je conseille à tous, et particulièrement aux garçons à partir de 13 ans qui y trouveront parfaitement leur compte !

ON ADORE : La psychologie du personnage – son histoire.
ON REGRETTE : la fin trop ouverte.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire