jeudi 30 janvier 2014

Lili bouquine : Parce que c'était nous de Mhairi McFarlane


Titre en VO :You had me at hello
Editeurs : Milady Romance
Site de l’auteur : http://www.mhairimcfarlane.com/
Ma note : 6/10
Quatrième de couverture :
Il ne peut pas retomber amoureux d'elle. Il n'a jamais cessé de l'aimer. Dix ans plus tard, elle ne l’a pas oublié. Rachel et Ben. Le duo d’enfer. Ces deux copains de fac ont fait les quatre cents coups et sont restés inséparables jusqu’à la fin de leurs études. Alors que Rachel, casée depuis des années, était promise à un avenir tout tracé, Ben, lui, voulait partir à l’aventure. Dix ans plus tard, Rachel se sépare de son fiancé et traverse une période de remise en question. Ben, quant à lui, a trouvé un boulot de rêve et une épouse parfaite ; sa vie est sur des rails. Lorsque les deux amis se retrouvent, leur complicité d’autrefois est restée intacte. À mesure que les souvenirs refont surface, Rachel comprend qu’elle ne s’est jamais remise du jour où, sur un malentendu, Ben a claqué la porte de sa vie. Que vont-ils faire de leurs rêves d’autrefois ?

MON AVIS SUR LE LIVRE

Parce que c’était nous de Mhairi McFarlane est le genre d’ouvrage qu’on lit au coin du feu avec une bonne tasse d’Earl Grey fumante à la main. Une comédie romantique à l’anglaise comme on les aime.

Quoique comédie, pas toujours. L’histoire de ce roman est d’abord celle d’un acte manqué. Deux âmes, faites l’une pour l’autre, qui ont raté le coche à un moment donné et qui prennent conscience de leur erreur le jour où elles se retrouvent par hasard, dix ans plus tard. Ben et Rachel sont amis depuis leurs vingt ans, depuis le jour de leur inscription à l’université. Ils sont complices et semblent être les seuls à ne pas s’apercevoir de l’alchimie qui les lie. Ce genre de situation n’est pas franchement inédite, certes, mais on peut dire que ce schéma à fait ses preuves et dans Parce que c’était nous, cela fonctionne totalement.

J’ai toutefois à reprocher un manque d’originalité. Les évènements s’enchainent de manière presque trop logique. Il n’y a aucune surprise. Dès les premières pages, on sait exactement comment cela va se terminer. Il n’y a pas de suspens à ce niveau là. Celui-ci est plutôt instauré par les passages flashback qui ponctuent le roman et qui donne tout son sens à l’intrigue.

En effet, l’histoire nous est racontée à deux niveaux : le premier se passe dans le « présent », les protagonistes ont une trentaine d’année et viennent de se retrouver après dix ans passés chacun de leur côté. Ils sont chacun installés dans leur couple, inscrits dans des cercles professionnels différents mais leur amitié n’a pas été émoussé. Lorsqu’ils sont réunis une décennie après s’être quittés, c’est comme si rien n’avait changé entre eux. Le deuxième niveau de l’histoire couvre les quatre années d’université qu’ils ont partagées ensemble, c’est le cœur du roman. C’est dans le passé qu’est gravé leur destin. Petit à petit, on découvre les deux personnages, on voit naitre l’affection qu’ils ont l’un pour l’autre. On est persuadé dès le début qu’ils sont des âmes sœurs et on n’attend qu’une chose, qu’ils le réalisent eux-mêmes.

Ces flashbacks sont primordiaux, ils sont les bases du récit. Les passages dans le présent prennent tout leur sens grâce à la rétrospective que nous propose l’auteur sur le vécu de Rachel et Ben. Cette intrusion dans leur vie, dans leur cœur, les rend attachants. On prend part à leur histoire, on s’implique davantage. Leur amitié, car tout part de là, est très touchante. J’ai notamment en tête un passage, lorsque Ben défend Rachel dans un bar où ils se retrouvaient avec des amis et où Rachel, en allant chercher les boissons se fait aborder de manière très peu respectueuse par un type. On veut toutes d’un ami pareil, prêt à déloger la mâchoire d’un goujat qui nous pincerait les fesses. C’est une affection sincère qui unit Ben et Rachel, et leur complémentarité crève les yeux.

Parce que c’était nous est une romance toute soyeuse, très agréable à lire. Elle manque peut-être un peu de singularité, mais tous les ingrédients sont réuni pour en faire un bon roman.

ON ADORE : La complicité des personnages – Les flashback.
ON REGRETTE :Un destin cousu de fil blanc, aucune surprise.


11 commentaires:

  1. Et une très jolie couverture avec ça pour courronner le tout :)
    Je ne l'ai pas encore lu, mais il me tend les bras

    RépondreSupprimer
  2. Je n'avais pas vu ton avis ! Il me fait un peu peur mais je compte bien lire le livre quand même :D Dans ma PAL de toute façon !

    RépondreSupprimer
  3. Hello !
    Il est dans ma pal depuis un petit moment déjà. Maintenant, je sais que je vais le lire prochainement. Merci pour ton avis.

    RépondreSupprimer
  4. La couverture est juste trop belle! Je ne suis pas du tout romance, mais je sais pas, ce roman-là m'attire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la couverture est très douce, j'aime beaucoup.
      Je te conseille de te lancer si le livre te fait envie :)

      Supprimer
  5. Coucou =) Je viens de le terminer et j'ai beaucoup aimée, même si il est vrai c'est prévisible (je pense aussi surtout que le bandeau sur la couverture ''il ne peut retomber amoureux d'elle, il n'a jamais cessé de l'aimer''), gâche un peu la lecture je trouve. Mais en dehors de cela, c'est une très belle petite romance, je ne voulais pas quitter les personnages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que c'est une romance assez mignonne qui fait du bien ^^

      Supprimer
  6. ça ne révolutionne pas la romance mais j'ai passé un bon moment :)

    RépondreSupprimer