samedi 7 janvier 2012

Lili se la joue grande journaliste : Interview de Manon Toulemont



Salut, mes canards !
Je reviens aujourd’hui avec un billet un peu spécial, inédit sur Lili bouquine, et qui, je suis sûre, vous fera plaisir autant qu’à moi. Vous n’êtes pas sans savoir l’immense coup de cœur que j’ai eu pour le roman de Manon Toulemont Symfonia, tome 1 : l’ouverture (dont vous retrouverez la revue ici), un thriller fantastique qui m’avait littéralement transcendé (et je n’exagère pas). Tellement, que je n’ai pu m’empêcher de contacter l’auteure qui a accepté, dans sa grande bonté, de m’accorder une interview. La voici, la voilà, mes amis, je vous laisse en découvrir davantage sur cette saga qui vaut la peine d’être lu !


Lili bouquine — Manon, à dix-neuf ans, tu viens de signer ton premier roman, Symfonia, aux Editions du Rocher. Une perspective d'avenir autrement dit, comment vis-tu cette expérience ?

Manon Toulemont — Il n'y a pas de mots pour décrire la joie qui m'a envahie le jour où mon manuscrit a été accepté. J'attendais cet instant depuis le jour où j'avais commencé à écrire ce roman, c'est-à-dire presque un an et demi, dont six mois à lister frénétiquement toutes les maisons d'édition de France (ou presque) afin de leur faire parvenir mon travail. Les lettres de refus que j'ai reçues au début m'ont carrément démoralisée, j'étais très stressée. Alors de voir aujourd'hui Symfonia sur les étalages des librairies... C'est juste énorme. Ca me motive pour continuer, m'améliorer, et en faire pour de bon mon métier.


Lili bouquine — C'est le premier roman que tu publies, mais est-ce le premier que tu écris ? Des écrits de jeunesse, peut-être, trônent à l'abri dans ton ordinateur ?

Manon Toulemont — C'est mon premier roman intégralement rédigé. J'écris des histoires depuis l'enfance, mais le plus souvent il s'agissait plutôt de simples textes sans vraiment d'intrigue, de poèmes, ou de petites nouvelles. Je me rappelle que lorsque j'avais 14 ans j'ai écrit une cinquantaine de pages de ce qui aurait pu devenir un roman si je n'avais pas abandonné. Je n'étais pas encore assez mature pour tenir une histoire sur le long terme, mais l'univers était déjà plutôt sombre et mettait en scène des créatures fantastiques. J'écris aussi un journal intime que j'ai commencé à 15 ans et à travers lequel j'ai forgé mon écriture (il fait 950 pages aujourd'hui ! XD)


Lili bouquine — A-t-il été difficile pour toi de trouver un éditeur ? Symfonia a-t-il subi des remaniements en vue de sa publication ?

Manon Toulemont — Comme je le disais plus haut, j'ai d'abord essuyé un certain nombre de refus. Ce fut une période très difficile, car je n'imaginais pas ma vie autrement qu'en tant qu'écrivaine. Je ne comprenais pas pourquoi mon manuscrit ne plaisait pas. Il faut dire que les éditeurs ne justifient pas leurs rejets ; avec le nombre de textes qu'ils reçoivent ils ne peuvent pas rédiger un argumentaire pour chaque candidat, mais du coup je ne savais pas ce qui clochait ! D'autant que j'étais très susceptible et que je me braquais souvent contre les critiques... Et puis j'ai retrouvé totalement par hasard une amie qui travaillait au service de fabrication des Editions du Rocher, et qui a été correctrice avant cela. Je lui ai montré mon manuscrit, elle l'a aimé, et m'a aidé à remanier le début. En effet le premier chapitre nécessitait de grosses modifications. Une fois cela fait, elle l'a montré au directeur des Editions du Rocher, qui a accepté de se lancer dans l'aventure. Il y a ensuite eu beaucoup de corrections, car la version initiale souffrait de nombreuses longueurs, les personnages n'étaient pas forcément tout à fait aboutis, le style était parfois trop lourd ou redondant. Mais le fait de savoir que je ne travaillais pas pour rien m'a ultra motivée pour bosser là-dessus, avec les conseils avisés de mon amie correctrice qui s'est beaucoup investie pour moi. Et enfin, après six mois de travail intensif, Symfonia tel que vous pouvez le lire est né !


Lili bouquine — As-tu eu un regard sur la couverture, sur la mise en page ? D'ailleurs que penses-tu de ce visuel ?

Manon Toulemont — J'ai proposé des idées pour la couverture, mais elles n'ont pas été retenues (apparemment ça ressemblait trop à une saga déjà existante). Ma correctrice m'a expliqué que d'une manière générale, les auteurs n'ont pas leur mot à dire à ce sujet. J'ai trouvé ça un peu idiot, mais bon, je les ai laissé faire... Et si le résultat m'a beaucoup surprise, je dois dire qu'il ne m'a pas déçue. D'ailleurs j'ai pu constater que les lecteurs l'aiment beaucoup ! Le studio de création des Editions du Rocher a fait un sacré beau boulot. Pour ce qui est de la mise en page, mon amie s'est chargée de tout ; c'est elle l'experte pour ce genre de détails ! Je me suis contentée de découper les différents chapitres.


Lili bouquine — Dans ce premier tome, tu nous délivres un univers bien à toi, assez singulier, tu fais intervenir des créatures peu communes dans la littérature fantastique, je pense notamment aux sirènes avec ce fameux Ange qui ravit déjà de nombreux cœurs, d'où te sont venu ces idées ?

Manon Toulemont — Mon imaginaire a toujours été peuplé de créatures surnaturelles. Je ne sais pas trop d'où ça me vient, en fait ! Les personnages de Symfonia sont une « version améliorée » des êtres qui hantaient mes rêveries d'adolescente depuis des années. J'ai aussi une certaine tendance à imaginer des tueurs en série, comme ce premier roman le montre très bien... Je suppose que mes compagnons imaginaires reflètent chacun une part de ma personnalité, de mes expériences, mais aussi de mes peurs et de mes désirs. Ils sont l'incarnation de tout ce que j'ai pu ressentir au cours de ma vie et me servent d'exutoire.


Lili bouquine — On retrouve dans Symfonia toutes les qualités idéales pour un bon thriller fantastique, on peut dire que tu as su entretenir le suspens jusqu'au bout, d'ailleurs, des questions fulminent encore dans nos esprits même après fermeture du livre. Travailles-tu ton texte avec minutie, ou bien est-ce que cela te vient naturellement ?

Manon Toulemont — Pour le premier tome, ce fut très instinctif. J'ai d'abord imaginé les personnages, et ensuite j'ai construit une intrigue autour d'eux. Le thème du serial killer me passionnait, donc j'ai tout de suite su que le roman commencerait par un meurtre, et qu'on serait dans la tête du tueur. Le côté fantastique s'est rajouté automatiquement. Puis j'ai laissé les évènements se dérouler dans ma tête, comme dans un film. Parfois ça venait tout seul, parfois je devais me laisser un peu de temps pour qu'une idée se concrétise. Les péripéties me venaient souvent dans le désordre, et j'ai inventé des liens logiques entre elles afin que l'ensemble se tienne. Souvent je savais que tel ou tel personnage devait arriver en un point précis, et alors je me disais « quels évènements pourraient se produire qui le mèneraient là où je veux ? » Des hypothèses me venaient, je faisais le tri, et puis je recommençais avec le personnage suivant. J'avais déjà écrit les trois quarts du livre avant de savoir comment se terminerait l'histoire ! Pour le deuxième tome je réfléchis plus à l'avance, car il est assez complexe et je ne veux pas risquer que ça parte dans tous les sens. Mais dans l'ensemble mes idées me viennent toujours assez naturellement.


Lili bouquine — On dit aussi que c'est en forgeant qu'on devient forgeron, à l'écrivain de lire beaucoup pour mieux écrire. On imagine que tu aimes la lecture ? Des thrillers fantastiques ? Quels sont tes titres favoris ?

Manon Toulemont — Curieusement, quand Symfonia a été publié cela faisait plusieurs années que je ne lisais presque plus. Je n'ai repris un rythme de lecture plus régulier qu'après sa sortie. Mais je pense que j'aurais mieux fait de commencer avant, car en lisant d'autres livres j'aurais pu apprendre à repérer les erreurs courantes, et ainsi à ne pas les commettre ! Du coup maintenant j'essaie de me rattraper. ^^ Mes lectures sont assez diversifiées, et parmi mes titres favoris on trouve aussi bien des classiques comme « Le Portrait de Dorian Gray », que des thrillers comme la saga « Dexter » ou encore « Au-delà du mal », la saga « Harry Potter », des livres de Stephen King, des récits d'aventure dans la nature sauvage (mon dernier en date : « Le Tigre », de John Vaillant)... et pas mal de mangas !


Lili bouquine — Ton roman rencontre un franc succès, notamment sur la toile où ton livre est passé au peigne fin par de nombreux bloggeurs et bloggeuses. Tu récoltes beaucoup d'éloges, il faut le dire, mais aussi quelques critiques un peu négatives. On te reproche le plus souvent de privilégier le personnage de Pacôme au détriment des autres, qu'as-tu à répondre à cela ?

Manon Toulemont — Ah, les critiques négatives... Ma hantise !! Chaque fois que je tombe sur une chronique mon cœur bat la chamade ! Mais fort heureusement la plupart sont en effet très positives, ce qui me fait immensément plaisir et me donne envie de me surpasser pour la suite. Concernant Pacôme, c'est vrai qu'il tient le rôle principal dans ce premier tome, ça s'est construit comme ça... Au début les personnages étaient mieux équilibrés, mais ma correctrice m'a fait remarquer que certains passages les mettant en scène ne faisaient que ralentir l'intrigue, donc il y a eu pas mal de suppressions, d'où un déséquilibre à la fin. Mais d'un autre côté, l'histoire de ce premier tome est déclenchée par Pacôme, donc forcément elle s'est naturellement centrée sur lui. Vu le nombre de péripéties, si j'avais consacré autant de temps à tous les autres personnages, le roman aurait fait 800 pages et l'intrigue serait devenue incompréhensible ! Mettre un peu à l'écart certains protagonistes s'est avéré nécessaire pour que le livre demeure cohérent. Mais les choses changent dans le tome 2 : leurs rôles sont beaucoup plus équilibrés (enfin, pour l'instant XD).


Lili bouquine — On compare également ton roman à X-men, ou encore Harry Potter. Pourtant, il ne me semble pas, après avoir lu et prit connaissance de ton univers, que tu as le projet de fournir des baguettes magiques à tes personnages, de les faire voler sur des balais volant, ou encore de les laisser courir au secours de l'humanité, vêtue de combi en cuir moulant, à bord de leur jet multi-fonctions. Qu'en dis-tu ?

Manon Toulemont — MDR, effectivement ça ne va pas du tout se passer comme ça ! Maintenant, je comprends que certains lecteurs puissent voir des similitudes avec ces deux sagas : une école de magie est évoquée sans qu'on sache encore trop de quoi il retourne, or quand on dit « école de magie », le nom de Harry Potter s'impose d'emblée comme référence. Mais bien que présentant en apparence des points communs avec Poudlard, l'Institut Evnôm ne fonctionne pas de la même façon ; c'est un univers beaucoup moins fantasque, plus sombre et plus rationnalisé. La fantaisie demeure présente mais elle est assez ancrée dans le réel, et il n'est pas question de baguettes magiques ni de balais volants. Je ne vous en dis pas plus pour le moment ! Concernant X-Men (une série que j'aime d'ailleurs beaucoup), on peut trouver un lien dans le fait que nous avons une bande de héros surnaturels aux pouvoirs variés, qui évoluent dans un univers urbain et moderne. L'Institut Evnôm et Dragon Rouge peuvent rappeler les « clans » de cette saga. Mais en réalité c'est assez différent aussi, et il n'y aura pas d'histoire de rivalité entre les deux. Ces deux pôles évoluent indépendamment, et c'est la venue d'un troisième élément perturbateur qui va créer un lien inattendu... Je vous laisse découvrir !


Lili bouquine — Tu as annoncé récemment sur ta page facebook qu'un tome 2 est prévu, et sera publié pour la rentrée 2012 aux Editions du Rocher, tu es contente j'imagine, car ce n'était pas gagné d'avance ?

Manon Toulemont — Oui, j'ai encore réduit mon temps de vie pour cause de stress pendant les deux premiers mois qui ont suivi la sortie du livre, car l'éditeur m'avait prévenue que si les ventes n'étaient pas satisfaisantes, le deuxième tome ne serait pas publié chez eux. J'étais donc très inquiète, et le soulagement fut grand lorsque j'ai appris que les Editions du Rocher étaient partantes pour la suite ! Reste plus qu'à l'écrire, maintenant !


Lili bouquine — Travailler avec une date butoir est un exercice différent, je suppose, comment appréhendes-tu cette expérience ?

Manon Toulemont — C'est sûr que lorsqu'on m'a expliqué au mois de décembre que le manuscrit devrait être rendu pour le mois de mai... Seigneur ! Heureusement que j'avais déjà commencé à l'écrire ! J'essaie de rédiger de nouvelles scènes chaque jour pour conserver un bon rythme, car je ne peux pas me permettre de laisser traîner les choses dans ces conditions. Mais j'aime bien avoir une date fixe : ça me motive et ça m'empêche de me relâcher. Et surtout, ça me prouve qu'on porte de l'attention à mon travail et qu'on me considère comme capable de me comporter en tant qu'auteure « pro », ce qui est très important pour moi.


Lili bouquine — Un petit jeu maintenant pour conclure cette interview. Et si tes personnages s'adressaient à tes lecteurs, ça donnerait quoi ?

Manon Toulemont — Houlà, je ne m'y attendais pas, à celle-là ! XD Alors, un petit mot... Une seconde, je vais chercher tout le monde... Ah tiens, je viens de dénicher Pacôme dans sa nouvelle chambre du Dragon Rouge.

Pacôme : Euh, bonjour... Si vous me lisez c'est peut-être parce que vous avez suivi le récit de mes désastreuses aventures dans le premier tome de Symfonia, ou que vous êtes sur le point de les lire... Je dois dire que ça m'embarrasse un peu, car l'intrigue ne me place pas vraiment sous mon meilleur jour. Ok, j'avoue que je ne suis sans doute pas le vampire le plus malin ou le plus élégant qui soit, mais je trouve quand même que Manon aurait pu m'épargner ; il ne m'arrive que des catastrophes, et je n'ai pas l'impression que ça va s'arrêter ! Je vous jure, y a des fois, j'aurais préféré être dans Twilight... Mais bon, j'espère que vous continuerez à m'accompagner, ça me fait du bien de me sentir soutenu dans mes malheurs.

Pff, jamais content celui-là. C'est vrai que je me défoule un peu sur lui, le pauvre... Ah, mais voilà Ange qui revient d'une petite baignade.

Ange : Tiens, vous êtes là ? C'est très aimable de nous rendre visite. Je sais que vous avez tous été affreusement contrariés de ne pas me voir plus souvent dans le premier tome, et c'est tout à fait compréhensible. J'ai préféré laisser planer un peu de mystère autour de mon personnage, car je suis très complexe et il faut me découvrir petit à petit pour apprécier toute la finesse de ma psychologie. Oui, je sais que vous vous languissez de me retrouver car je vous fascine, mais ne vous en faites pas : le deuxième tome me dévoile beaucoup plus...

Eh ben celui-là, on ne peut pas dire qu'il brille par sa modestie ! Mais je l'aime bien, alors je le laisse faire. De toute manière je lui réserve quelques surprises qui risquent de mettre à mal son stoïcisme... Allons à l'Institut Evnôm retrouver les trois autres. Olympe se trouve justement sur le pont devant le château.

Olympe : Ne vous approchez pas trop, je suis dangereuse ! Si, c'est vrai ! Les pouvoirs surnaturels qui ont dévasté mon appartement dans le premier tome ne se sont pas du tout calmés, au contraire... Je ne voudrais pas risquer de vous blesser sans le vouloir. Ou même de vous tuer. Le professeur Tubert tente de remédier à mon problème de contrôle mais ce n'est pas très concluant. En attendant je suis un danger public, et croyez-moi, c'est lourd. Très lourd. J'espère que Manon va vite faire évoluer ma situation !

Pas de panique, j'ai ma petite idée sur la question... Mais je vais encore jouer un peu aux catastrophes, c'est plus amusant. ^^ Nous retrouvons Alice qui revient d'une escapade dans la forêt de Brocéliande.

Alice : J'aime bien cette forêt. Elle est peuplée de créatures pas toujours sympathiques, dont certaines m'ont déjà causé des soucis, mais elle m'attire irrésistiblement. Et puis Jéricho est là pour me protéger. Vous me prenez pour une folle parce que j'ai une voix intérieure ? Parce que j'ai de violentes pulsions ? Vous n'avez encore rien vu ! Car il semblerait bien que mon frère Pacôme m'ait légué une partie de ses instincts prédateurs... Je ne suis pas une ado comme les autres, vous êtes prévenus.

La crise d'adolescence, que voulez-vous... Et nous terminons avec Joseph, qui erre dans la bibliothèque.

Joseph : Il faut dire que je me demande souvent ce que je fais là... C'est vrai, je n'ai rien voulu de tout ça, moi ! J'étais un étudiant ordinaire (bon, oui, je vois des morts dans mes rêves, mais je m'en accommodais très bien) jusqu'à ce qu'un salaud de vampire meurtrier m'embarque dans sa cavale ! Et maintenant je me retrouve officiellement diagnostiqué télépathe, donc tous les fantômes du coin vont me harceler... Je n'aurais jamais dû prendre le métro ce jour-là... Vous qui êtes témoin de la profonde injustice dont je suis victime, s'il vous plaît, dites à l'auteure de ne me laisser tranquille ! Aidez-moi !

Et puis quoi encore ? T'as signé, t'es sous contrat, tu resteras jusqu'à la fin de la saga ! Et j'ai pas l'intention de t'accorder un traitement de faveur !

Bon, comme vous le constatez, je collabore avec une joyeuse bande d'énergumènes... J'espère que leurs prochaines aventures vous plairont et que Symfonia vous apportera beaucoup de plaisir ! A très bientôt !

7 commentaires:

  1. Une super interview !! C'est toujours très agréable d'avoir un aperçu de la construction d'un roman de A à Z. Je pense que je vais me laisser tenter ^^

    RépondreSupprimer
  2. @ Cln : Merci pour ton commentaire, ça fait toujours plaisir ! Oui, tu as raison, c'est d'ailleurs la raison qui m'a poussé à faire cette interview, ma curiosité a été attisée :p Je te conseille vraiment ce livre, comme tu le vois, j'ai adoré. Tu peux également visiter le site qui lui ai consacré : http://www.symfonia-livre.com/ si tu veux en savoir plus.
    Et n'hésite pas à revenir m'en parler, je serais ravie de partager mes impressions avec toi.

    RépondreSupprimer
  3. De rien ;) Je vais aller faire un petit tour sur le site internet. J'ai également lu ton avis et les autres avis qui tournent sur la toile, ça me donne encore plus envie de découvrir le roman ^^ Bon weekend à toi !

    RépondreSupprimer
  4. Une super interview, merci Lili, et merci Manon^^ C'est très intéressant à lire, et ça me donne vraiment envie de découvrir le deuxième tome de la saga :)

    RépondreSupprimer
  5. @ readingmarmotte Ton commentaire me fait très plaisir Marmotte ! Moi aussi, je suis impatiente de découvrir le tome 2 !

    RépondreSupprimer