dimanche 16 décembre 2012

Lili bouquine : Les vampires de Chicago, tome 5 "Morsures en eaux troubles" de Chloé Neill

Titre en VO : Drink deep
Editeurs :Milady
Site de l’auteur :

Ma note : 7/10
Quatrième de couverture : Sale temps pour les vamps !

Avec la multiplication des manifestations contre les vampires et la ville qui menace d’adopter une loi sur le fichage des surnaturels, les temps n’ont jamais été aussi durs. On aurait bien aimé se faire oublier quelque temps. Sauf que le lac Michigan a viré au noir, et là ça a dégénéré. Le maire de Chicago prétend qu’on n’a pas à s’en faire, mais moi je sais quelle magie est assez puissante pour perturber les lois de la nature. Et laissez-moi vous dire que ça sent mauvais, pour les vamps comme pour les humains…

MON AVIS SUR LE LIVRE

Morsure en eaux troubles, tome 5 des Vampires de Chicago, était pour moi le tome où Chloe Neill ne devait pas se louper. Après la fin du quatrième opus, où tout semblait tomber en miettes, notamment par la mort d’Ethan et celle de Célina, j’avais bien du mal à imaginer les éventuels rebondissements du tome suivant. Pour moi, Chloe Neill fermait une porte en tuant si rapidement Ethan – co-héros et beau gosse de l’histoire – et surtout la « méchante ». Celle qui semblait créer tous les problèmes auxquels étaient confrontés Merit et son mentor/amant/ou pas, Ethan. Je me demandais alors ce qui pouvait bien s’opposer à notre héroïne et à la maison Cadogan, je me suis tellement concentrée sur la disparition des deux personnages, dont la présence dans la série me paraissait primordiale, que j’en ai oublié la piste que Chloe étendait sous nos yeux déjà dans le tome 4.

En effet, personne ne menace personnellement la maison Cadogan comme s’en chargeait auparavant Célina, l’épée de Damoclès, ici, est au dessus de la tête de tous les vampires de Chicago. Les humains, notamment influencés par un petit groupuscule anti-vampires et lassés du divertissement que leur fournissaient les vampires de part leur seule existence, commencent à se méfier d’eux. À voir en eux des monstres assoiffés de sang, incontrôlables et vils, et non plus la dernière créature à la mode avec qui il fait bon de trainer. Nos amis à crocs sont menacés de fichage et doivent se faire les plus discrets possibles, ce qui rend l’atmosphère un peu tendue. Et c’est sans parler bien sûr des événements plus que singuliers qui se déroulent à la Ville des Quatre Vents. Nous assistons, semblerait-il, à un étrange dérèglement des éléments eau, terre et air. Des phénomènes inquiétants semblent se produire – les eaux du lac qui deviennent noires, le ciel se changeant en rouge – et la populace a tôt fait d’accuser la communauté des immortels.

Au milieu de tout ce mic-mac, nous retrouvons donc Merit, meurtrie par la disparition d’Ethan et rongée de culpabilité, et comme si cela ne suffisait pas, harcelée par des rêves très étranges mettant en scène son mentor adoré. Merit est un personnage plutôt fort, elle nous le prouve une fois de plus dans ce tome, ses lamentations au sujet de ce qui s’est passé ne durent que très peu de pages après quoi elle se décide à prendre le taureau par les cornes et d'aller de l’avant. Elle assume son rôle de sentinelle à merveille, un rôle par ailleurs menacé par le conseil des vampires (je ne sais plus bien si c’est le terme utilisé dans le bouquin, m’enfin, vous avez saisi l’idée) et mène l’enquête avec perspicacité comme à son habitude. Elle est forcée de se faire d’autre alliés, de s’appuyer sur d’autres épaules et doit lutter contre deux problèmes majeurs : le dérèglement des éléments, ainsi que l’aversion grandissante des humains à l’égard de ceux de son espèce. C’est un tome plutôt intéressant, ou de nombreuses idées sont développées et où le personnage de Merit est formidablement exploité.

Néanmoins, je dois reprocher la prévisibilité du dénouement, on sent venir la chose à des kilomètres. Pour ma part, je me doutais déjà de ce qu’il en retournait à peu près à la moitié du livre, ce qui est dommage. Le final également est un peu trop bref et m’a laissé sur ma fin. Cela peut toutefois s’expliquer lorsque l’on songe que ce cinquième opus est une sorte de transition. On sent bien que la saga prend un tournent ici, Chloe Neill prend un nouveau départ et elle a su l’amorcer avec brio.

J’attends la suite dans ma pal avec grand impatience.

ON ADORE : Le rebondissement qu’à su prendre Chloe Neill, l’univers, retrouver le personnage de Merit
ON REGRETTE : Trop de prévisibilité, un final trop bref


Aucun commentaire:

Publier un commentaire