samedi 5 avril 2014

Lili bouquine : Les étoiles de Noss Head #5 "Origines - 2ème partie" de Sophie Jomain


Titre en VO : /
Editeurs : Rebelle
Site de l’auteur : http://www.sophiejomain.com/
Ma note : 10/10
Quatrième de couverture :
Le danger était aux portes de la cité. J’avais déjà affronté bien des tempêtes, mais celle qui venait vers nous était la pire de toutes. Un cataclysme, un fléau… Pourquoi ne nous croyaient-ils pas ? La mort s’apprêtait à s’abattre sur eux. Bientôt, le sang serait versé sur la Terre des loups. La désolation. Le néant. La ruine. C’est tout ce qu’il resterait. Ne pas fuir. Nous imposer et les convaincre. Pour les sauver tous. Pour le sauver… lui.

MON AVIS SUR LE LIVRE

( ! ) ( ! ) ( ! ) ( ! ) ATTENTION, JE TIENS À VOUS PREVENIR QUE CETTE CHRONIQUE COMPORTERA DES SPOILERS. JE TIENS À EXPRIMER MON RESSENTI SUR LE LIVRE ENTIER ET DIRE TOUT CE QUI M’A PLUS, PRENDRE POSITION PAR RAPPORT AUX DIVERS INVENEMENTS. JE VOUS CONSEILLE DE NE LIRE MON AVIS QU’UNE FOIS AVOIR LU LE LIVRE SEULEMENT. ( ! ) ( ! ) ( ! ) ( ! ) Les étoiles de Noss Head, t.5 : Origines 2ème partie ou la cerise sur le gâteau, le point sur la virgule, la pincée de cannelle sur un délicieux capuccino ! Comme tous les inconditionnels de Sophie Jomain, j’ai attendu la sortie de ce tome-ci comme le Messie. Sitôt acheté, sitôt dévoré ! Animée tant par le plaisir de retrouver les personnages que j’aime, que part le suspens qu’insuffle l’auteur de page en page.

J’ai lu le tome 4 il y a un an exactement, en rentrant du Salon du Livre, comme ici, et je me souviens avec exactitude de ce que j’ai ressentis en lisant – que dis-je en prenant en pleine figure – l’odieux cliffhanger que nous avait réservé Sophie Jomain. Le tome 5 recommence à cet exact moment, aussi ai-je eu l’impression d’être directement plongée dans l’histoire. De n’avoir fait aucune coupure. On se remet très vite les idées en place. La connexion entre Hannah et le lecteur est automatique, on ressent une empathie particulière pour elle. L’héroïne m’a véritablement épaté par son courage, sa persévérance et sa loyauté. Son monde s’écroule alors que l’homme qu’elle aime a oublié jusqu’à son existence, mais à aucun moment elle ne se laisse ensevelir par le désespoir. Au contraire, elle se bat jusqu’au bout, et c’est cette ténacité qui me fait apprécier Hannah. En plus du cœur extrêmement généreux dont Sophie Jomain l’a doté.

L’histoire ce tome 5 démarre donc in medias res et c’est exactement ce que j’aime. Notre cœur se déchire une seconde fois lorsque l’auteur nous fait vivre à nouveau la fin du tome précédent. Ce terrible « Qui êtes-vous ? » prononcé par Leith à l’égard d’Hannah. On n’entendrait presque le cœur de l’héroïne se briser, comme un verre en cristal fracassé sur le carrelage. Et notre peine ne s’arrête pas là, ce n’est au contraire que le commencement. On apprend assez rapidement que cette situation, cette perte de mémoire est irrévocable. Leith a tout oublié, son identité, son amour pour Hannah, son passé tout entier. Durant l’intégralité du roman, on ne cesse d’espérer qu’il retrouve la mémoire, qu’il refasse surface. Cet espoir nous tiens jusqu’à la toute fin du roman et nous fait tourner inlassablement les pages.

Ce dernier tome est également très fourni. La condamnation de Bonnie, d’abord, qui nous tiens en haleine. Le sacrifice d’Alastair, ensuite, qui choisi de provoquer en duel le frère de sa femme pour gagner la liberté de cette dernière. La mort de l’oncle de Leith m’a d’ailleurs extrêmement touchée. Il était un personnage secondaire, certes, mais très important pour la construction des personnages et notamment du couple de Leith et Hannah. Il est, avec sa femme Bonnie, un pilier sur lequel les personnages ont toujours pu se reposer. Il était également un homme droit, honnête et qui tirait tout ce qu’il possédait de la sueur de son front. Un personnage admirable que j’ai eu beaucoup de peine à quitter.

J’ai également été marqué par la proximité d’Hannah et Grigore. Troublée, je dirais. Car si je suis pro-Leith, je n’ai pas pu me résoudre à jeter la pierre à Hannah. Déjà parce que j’ai la certitude que Leith reste l’amour de sa vie et ensuite parce que j’aime beaucoup Grigore. Je me suis mise à éprouver une drôle de compassion pour lui, ainsi que pour Hannah qui doit gérer des sentiments qu’elle ne comprend pas, qu’elle n’a pas envie de ressentir. Grigore est, j’en suis persuadée, profondément gentil. Envers Hannah tout du moins. Il ne souhaite que son bonheur, et il a la noblesse de ne pas la revendiquer pour lui seul. Il respecte ses choix et l’amour qu’elle porte à Leith alors qu’il brule pour elle à un tel point que cela lui fait souffrir le martyre.

En toile de fond, on retrouve toujours la menace des Strigoy, ces guerriers vampires qui se sont sentis offensés du sauvetage de Darius dans le tome 4. Les vampires n’ont pas oublié leur rancœur et contre bien pourfendre Hannah, ses complices et en primes tout un refuge de loup-garous, leur pires ennemis. Hannah, tout au long du roman, a conscience que l’épée de Damoclès plane sur la tête des garous et tâche de prévenir leur chef qui, lui, refuse de prendre part à la querelle. Le lecteur ne peut que noter l’inconscience de ce dernier qui se voile la face et qui ne réalise que trop tard que la bataille est inévitable.

La scène de combat, par ailleurs, est époustouflante. J’ai été pris dans l’action exactement de la même manière qu’avec un film. C’était palpitant, déchirant. Tous les éléments étaient présents pour que l’on s’y croie vraiment. Sophie Jomain nous fend le cœur, à nouveau, en nous montrant toute la cruauté d’une guerre, et ce malgré la victoire. Il reste un goût amère dont on ne peut se dépêtrer et qui demeure longtemps sur la langue.
La fin du roman, et qui plus est de la saga des Etoiles de Noss Head, est bien évidemment heureuse. Mais on est loin du pays des bisounours. Hannah et Leith se sont retrouvés, certes, et ils s’aiments, c’est indéniable mais Leith a perdu sa mémoire à jamais. J’imagine parfaitement un futur heureux pour les deux protagonistes, mais cette petite ombre me chagrine. Je suis persuadées qu’il arriveront à surmonter l’épreuve et qu’il recommenceront une belle histoire d’amour – oui, j’écris ça comme s’ils étaient deux personnes réelles mais, à vrai dire, c’est un peu le cas dans mon esprit – mais je ne peux m’empêcher d’éprouver de la tristesse quand je pense que le pauvre Leith ne se souvient d’aucun détail de sa vie passée.

J’ai passé avec Les Etoiles de Noss Head de formidable moment. J’ai été secouée bien des fois, j’ai eu du baume au cœur aussi. J’ai vécu avec les personnages, j’ai éprouvé de la joie, de la tristesse pour eux. Je me suis impliquée dans leur vie comme s’ils s’agissait de membres de ma propre famille. Hannah, Leith, Darius, Grigore, Jeremiah, Bonnie, Al…Tant de noms qui me sont désormais familier et qui demeureront dans mon cœur encore longtemps.

ON ADORE : Un univers tellement riche, un tourbillon d’émotion constant, les personnages et leur courage.
ON REGRETTE : Que cela se termine ☹


3 commentaires:

  1. Ah Lily, je n'ai pas eu l'occasion de te remercier pour cette incroyable chronique qui me donne les larmes aux yeux.
    Merci de m'avoir lue.
    Sophie

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré cette saga!!!

    Quand je repense à la fin, je me dis, "Dommage on fait pas un bond dans le temps pour voir comment a évolué la relation Leith/Hannah." Comme tu l'as dis on sait qu'ils s'aiment même si Leith ne se souviens pas de leur relation, j'aurai quand même aimé voir ce qu'ils sont devenus quelques années plus tard

    RépondreSupprimer