lundi 16 juillet 2012

Lili bouquine : La vie cachée de Katarina Bishop, t.2, Criminels d'exception de Ally Carter

Titre en VO : Uncommon criminals
Editeurs :Michel Laffon
Site de l’auteur :
http://allycarter.com/

Ma note : 3/10
Quatrième de couverture : Une professionnelle
Katarina Bishop, experte dans l’art du vol, connue depuis peu comme celle qui a réussi le casse du musée le plus sécurisé au monde.
Une mission
Récupérer la célèbre Émeraude de Cléopâtre, disparue depuis plus de trente ans, et la rendre à ses véritables propriétaires.
Des alliés
Des amis qui n’ont peur de rien et un amoureux prêt à tout pour lui venir en aide.
Une règle
Se battre jusqu’au bout.

MON AVIS SUR LE LIVRE

J’avais entendu nombreux bons avis au sujet de cette saga, aussi m’attendais-je à passer un agréable moment avec Criminels d’exception, eh bien, avec moi, cela n’a pas vraiment collé. Je ne suis vraiment pas emballée par ce second volet de Katarina Bishop – que j’ai lu sans passer par le premier tome. Ni les personnages, ni l’intrigue, ni même l’univers n’ont su me séduire. Pour moi c’est un bide, ou presque. Je reste toutefois indulgente car je suis bien consciente de ne pas être la cible de ce roman. En effet, je conseillerais davantage cette histoire à des enfants entre 12 et 15 ans.

Parlons d’abord des personnages, puisque j’en attendais beaucoup à ce sujet. Notamment en ce qui concerne Katarina dont je n’avais lu que des éloges. Une jeune fille dynamique. C’est vrai. Indépendante. On ne peut plus vrai. Qui n’a pas froid aux yeux. La encore on a tout bon ! En d’autre terme, c’est une voleuse hors pair, déterminée et qui sait très bien ce qu’elle fait. Elle est assez mature pour son âge (ce qui, parfois, n’est pas très crédible). Elle est tout ça, c’est vrai, mais je l’ai également trouvé très froide et extrêment puérile en amour (ce qui n’est pas vraiment en adéquation avec son personnage étant donné la maturité dont elle fait preuve dans d’autres domaines.) Je n’ai pas du tout accrochée, je ne suis d’ailleurs pas parvenu à créer le lien personnage/lecteur qu’on aime tant ressentir à chaque livre qu’on ouvre. Il en va de même pour les autres. Hale, Gabrielle, Simon et les autres ne sont guère plus pour moi que des noms dactylographiés sur une page blanche. Dommage.
Je vous parlais à l’instant de la puérilité de Kat en amour, il en va bien sûr de sa relation avec Hale. Mais que c’est mou, mes amis ! Ils semblent visiblement partager des sentiments, mais rien ne bouge. Absolument rien. C’est le calme plat. Un poisson rouge dans un bocal rond s’éclate davantage à en faire inlassablement le tour que ces deux là dans leur liaison. Bref, ce n’est pas, au fond, le plus important.

Passons à l’intrigue maintenant. Des rebondissements, des rebondissements et encore des rebondissements ! Le récit est dynamique, ça, il me semble difficile de le nier, néanmoins, j’avoue avoir perdu plusieurs fois le fil. Notamment, lorsque les protagonistes se mettent à parler dans leur jargon de cleptomane. « Et si nous leur faisions le coup de la Belle aux bois dormant, ou plutôt celui de la Reine des glace ? ». Mais de quoi parlent-ils ??? Je veux bien que cela rajoute un peu de fantaisie au livre, mais personnellement, je me suis sentie larguée (Car bien sûr, l’auteure n’a pas trouvé bon de nous donner la moindre explication. Cela aurait été trop facile), et relativement agacée à la longue. De plus, les multiples complications que l’on peut rencontrer dans le livre ont eu l’effet de me lasser. Trop de longueurs. Trop de prévisibilité également. On devine à l’avance comment les choses vont se dérouler. Je n’ai pas eu de réelles surprises, hormis le revirement de situation du début qui, je dois bien l’avouer, était bien vu.

Malgré tout ces défauts, l’écriture demeure fluide, sans rien de transcendant non plus. Aussi, je pense que c’est une lecture pour de jeune ados. Eux seront sans doute plus à même d’apprécier cette aventure que moi.

ON ADORE : Le fait qu’il soit accessible aux plus jeunes.
ON REGRETTE : Le peu d’attachant que l’on a avec les personnages, une intrigue plat et brouillon.


2 commentaires: